e1006au12 - Page 2

  • images d'urban computing

    1ere image d'une série sur l'urban computing (Internet des objet, intelligence ambiante...)

     

    urban computing.JPG

  • avis sur Naruto Shippuden : Clash of Ninja Revolution 3 European Version

     Naruto revient encore une fois sur nos consoles. Parallèlement aux sagas développées sur PS3 et Xbox 360 (par Namco Bandai et Ubisoft respectivement), c’est Tomy qui a décroché le gros lot pour les machines Nintendo. Que vaut ce Shippuden : Clash of Ninja Revolution III European Version ? Le soft est-il aussi bon que son titre est long ? Éléments de réponse tout de suite.

    Avant de débuter, replaçons le titre dans son contexte. Comme vous devez le savoir, la saga des Naruto est considérée aujourd’hui comme l’équivalent de DBZ pour les plus de 20 ans. Les tomes reliés se succèdent pour attendre le chiffre respectable de 50 unités au Japon. Côté jeu vidéo, on notre trois courants majoritaires : le jeu de baston ultra beau et flashy dispo sur PS3, le titre action – aventure sur Xbox 360 et enfin, la baston à plusieurs sur Wii.

    naruto.JPGAprès m’être donné bonne conscience avec ce petit rappel, je vais me la jouer faignant. Ce Clash of Ninja III fait suite à un deuxième opus sorti chez nous en février 2009. Je vous invite donc à aller consulter mon test d’époque, le titre actuel reprenant EXACTEMENT les mêmes qualités et défauts que son prédécesseur. Attardons-nous ici sur les nouveautés apportées. D’abord le mode story reprend une partie du manga (du début de Shippuden – la nouvelle génération où nos héros apparaissent plus âgées qu’au début de la série – au moment où deux membres de l’Akatsuki (Deidera et Sasori) partent défier Gaara, devenu Kazekage (soit le chez de son village)). Et c’est tout, l’histoire se contentant de boucler cet arc scénaristique. Il y avait matière à poursuivre l’aventure, mais on sent la volonté du développeur d’en garder sous le coude pour l’an prochain. Une fois encore, on regrette de suivre une trame si datée. Niveau mise en scène, le mode Story délaisse les vignettes 2D pour utiliser les modèles 3D des persos. Le soucis, c’est que les animations restent les mêmes que celles aperçues dans les combats et on se retrouve avec des scénettes très plan-plan, pour ne pas dire figées, et assez ridicules. Notez que le joueur ne connaissant pas l’histoire de base n’y comprendra absolument rien.

    Le but du jeu est évidemment de caresser le fan dans le sens du poil. Là aussi, c’est mitigé. On peut juste noter que de nouveaux persos font leur apparition (Hidan et Kakuzu par exemple, soit le duo d’immortels de l’Akatsuki) et qu’il faudra accumuler de l’argent obtenu via les différents modes de jeu (Story, Mission, etc.) pour se les procurer. Les fidèles seront ravis de voir qu’une sauvegarde du précédent opus leur octroiera d’emblée un petit bonus financier. Autre bonne nouvelle, si les phases de scénario restent (abominablement) doublées en version américaine, les bastons rendent aux protagonistes leur langue d’origine. Un bon point pour l’immersion, même si l’alternance des dialectes surprend. Enfin, terminons avec l’apparition d’un mode on-line, qui permet aux guerriers ninjas en herbe d’affronter des adversaires dans des matchs en 1 contre 1 ou en 2 contre 2. Nous n’avons pas encore pu le tester, mais comptez sur moi pour venir poster un petit commentaire à ce sujet dès que possible.

    Vous le voyez, et la structure du test le montre bien, ce « nouvel » épisode de Naruto sur Wii n’innove que trop peu. Si les nouveaux persos et le monde on-line pourrait faire rechuter les gros accros à la saga de Masashi Kishimoto, on est trop proche du copié-collé pour que je vous conseille de céder. Le jeu conserves ses qualités (facile à prendre en main, combat assez speed), mais il ne corrige aucun des défauts relevés. Autant j’avais pris beaucoup de plaisir l’année dernière au moment du test, autant je suis resté de marbre aujourd’hui. Le sentiment d’être pris pour une vache à lait peut-être.

     

  • Un iPod Touch en or pour David Beckham

     

    Vous, humbles lecteurs, vous contentez dans le meilleur des cas d’un banal iPod Touch ? Peut-être un modèle 32 Go, si vous êtes particulièrement en fonds au moment de l’achat ?

    Ipod.jpgDavid Beckham, lui, vient selon le Telegraph de se faire offrir un iPod Touch 32 Go doré à l’or fin, et frappé du logo de l’équipe d’Angleterre de football ainsi que de son nom.

    Ce bel iPod, dont la surface arrière se montrera sans doute moins sensible aux rayures que les modèles ordinaires, lui aurait été offert par les membres de son équipe pour célébrer sa centième sélection en équipe nationale.